vendredi 27 mai 2016

Livre Paris 2016


Je n’avais pas encore ouvert mon blog lors de l’édition 2016 du Livre Paris, les 19 et 20 mars.
Mais ça vaut quand même un billet. C’était mon premier salon du livre de cette importance en tant qu’auteure. Avant ça, je n’avais participé qu’à mon propre Salon, le Salon du livre romand, je ne suis donc pas encore une habituée de ces rassemblements littéraires un brin intimidants, mais surtout vraiment enrichissants.

Comme d’habitude avec Bragelonne (croyez-moi, je mesure la chance que j’ai), c’est voyage en première classe et super hôtel. J’ai complété le confort de ce week-end par des trajets en taxi, et même si je n’ai rien eu le temps de voir de la capitale française, même si ces deux jours n’ont pas été de tout repos, c’était au final un super week-end, d’autant plus que mon mari m’accompagnait.
Stéphane Marsan, directeur littéraire, et Alex mon mari s’étaient déjà croisés avant mais n’avaient jamais réellement fait connaissance, ce fut chose faite et ils s’entendent comme larrons en foire J (il y a aussi l’expression copains comme cochons qui fonctionnerait, je dois encore y réfléchir…)

Pour ma part, après m’être perdue dans le salon comme une bleue et être arrivée avec près de 15 mn de retard, transpirante et échevelée, j’ai fini par prendre place au magnifique stand Milady aux côtés de la charmante et pétillante Camille Adler qui signait Rose Soie et Le Scénario parfait. Avoir un stand dédié à sa collection, à savoir Milady Romance, c’est quand même vraiment cool. Les lectrices savent précisément ce qu’elles viennent découvrir, et connaissent le catalogue. J’ai donc pu échanger avec un certain nombre de jeunes femmes qui avaient lu mon premier tome, Au-delà de la raison (De Toute mon âme paraissait le mois suivant seulement). Quelques mots échangés, des compliments, des moments précieux. Et puis il y avait aussi toutes ces futures lectrices, celles qui ont profité de ma présence sur le salon pour découvrir une nouvelle plume. C’est avec tout ça qu’on prend pleinement conscience que son écrit ne nous appartient plus, qu’il vit sa vie, indépendamment de nous.




J’ai ensuite profité de quelques heures de libre pour faire le tour des lieux et visiter l’immensité de l’exposition et m’imprégner de cette ambiance si particulière d’un grand rendez-vous littéraire. Oui, il y avait foule, mais une foule de lecteurs, c’est particulier. Ce sont des gens calmes, contemplatifs, curieux mais un peu réservés…

Le soir venu, nous nous retrouvions dans un restaurant Portes de Versailles. Outre l’équipe Bragelonne, Camille Adler, Emma Foster, Eléonore Fernaye étaient aussi des nôtres et l’excellent vin choisi par Stéphane aidant, nous avons commencé à parler de Monster Erotica, cette bizarrerie littéraire venue d’Outre-Atlantique et qui a trouvé, tout de même, un lectorat conséquent…
Sous la houlette d’Emma, nous avons choisi chacune notre monstre dans l’optique d’écrire une nouvelle. L’idée ? Un poisson d’avril ! Et aidées d’Aurélia, notre bonne fée de la Comm’ chez Brage, le plan a été mis à exécution !

 Poisson d'avril


Le lendemain, dimanche, fut l’occasion d’une seconde séance de dédicaces, puis d’une nouvelle visite du salon, de l’achat de quelques livres et carnets de notes, et enfin, déjà, du retour en train… Avec cette plénitude d’être en bonne voie sur mon chemin dédié au livre et à l’écriture, avec des idées plein la tête pour de nouveaux romans, et le feu sacré alimenté et brûlant d’une belle flamme.


D’autres salons sont à venir cet automne, et je me réjooooouuuuiiiis !

Le véganisme doux (ou slow véganisme ou flexitalisme)

Tofu party le lundi, barbec' de barbac' le dimanche (Et c'est OK) Je ne sais pas pour quelle raison nos systèmes de pen...